livres. lus. approuvés.
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Ixelles à la belle époque
Cartonné / 114 pages / édition de 2000
langue(s) : français
dimensions : 303 (h) x 220 (l) x 16 (ép) mm
poids : 880 grammes
DISPONIBLE
très bon état
26,95 EUR
référence : 1015930
Tous les prix incluent la TVA
Vaste sujet en vérité, que nous ne pourrons ici qu'effleurer sous la forme d'éléments de chronique où l'image occupera la place d'honneur.
Au seuil du XXème siècle, enrichie depuis plus de trois décennies par l'apport massif d'une population wallonne particulièrement active, Ixelles est une commune prospère de 58.000 habitants, qui s'étend sur plus de 634 hectares. Depuis trente ans, les quartiers neufs ne cessent de s'urbaniser, des abords des étangs (1873) à la plaine de Berkendael (1902), en passant par les vallons de Ten Bosch, soumis pour la cause à maints arasements (1880-1900). En 1899, naît le parvis Saint-Boniface, qu'agrémentent bientôt les jolies façades Art nouveau d'Ernest Blérot.

Sous l'impulsion décisive de l'échevin Fernand Cocq, l'enseignement communal devient l'un des plus renommés du pays.

Partout, sur les ruines d'impasses ou de "carrés", souvent insalubres, des écoles sortent de terre: rue Américaine (1892), rue de l'Aqueduc (1898),
chaussée de Wavre et place de Londres (1901), place de la Petite Suisse (1906).

Si quelques industries fonctionnent encore sur le territoire de la commune, comme la fabrique de porcelaine Vermeren-Coché ou la société des Grandes Brasseries d'Ixelles, c'est le petit commerce qui s'affirme en ce début de siècle comme l'activité économique principale d'Ixelles. A côté d'une foule de petits magasins, présents même dans les voies secondaires (la rue de Venise, dans ses vingt premiers numéros en compte huit !), le commerce de luxe s'installe rue de la Paix et à l'entrée des chaussées d'Ixelles et de Wavre, tandis que la grouillante Porte de Namur accueille
dans ses cafés célèbres, à l'Horloge, ou aux Caves de Maestricht, bourgeois cossus, artistes et écrivains.

Lorsque les premiers cinémas font leur apparition, le Théâtre Molière que n'ont point dédaigné la grande Réjane et Madame Sarah Bernhardt, propose un répertoire varié, allant du mélodrame à l'opérette. Peu à peu, les dernières « campagnes », grosses villas entourées d'un parc, vestiges de l'époque romantique, disparaissent du paysage victimes d'une urbanisation galopante.

Entre 1905 et 1909, la plus célèbre d'entre elles, devenue hôtel communal depuis 1849, se voit aménagée et agrandie comme pour affirmer plus officiellement la prospérité d'Ixelles...

En 1910, les flonflons de la grande exposition universelle du Sol-bosch seront emportés dans un spectaculaire incendie, préfiguration d'un cataclysme, combien plus dramatique, qui embrasera l'Europe le 4 août 1914 sonnant, à Ixelles comme ailleurs, le glas de la Belle Epoque...
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: