livres. lus. approuvés.
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Neuchâtel en tram
par S. Jacobi
Cartonné / 128 pages / édition de 1989
langue(s) : français
éditeur : A compte d'auteur
dimensions : 270 (h) x 200 (l) x 13 (ép) mm
poids : 585 grammes
DISPONIBLE
très bon état
17,95 EUR
référence : 1019438
Tous les prix incluent la TVA
De 1890 à 1894, trois entreprises organisent les premiers transports urbains et suburbains neu-châtelois: le funiculaire Ecluse-Plan, le Régional Neuchâtel—Cortaillod—Boudry et le tramway Neuchâtel—Saint-Biaise. Ce dernier bénéficie presque d'emblée des avantages de la traction électrique; il étend rapidement son réseau et change sa raison sociale en Compagnie des tramways de Neuchâtel (TN). Cette entreprise reprend ensuite le Régional et le funiculaire. En 1910, le Chemin de fer Neuchâtel-Chaumont ouvre à l'exploitation le funiculaire de Chaumont et le tramway (tour de ville—) Sablons—La Coudre, ce dernier étant d'emblée pris à bail et exploité par les TN. Ainsi, dès 1910, l'agglomération dispose de sept lignes de tramways et de deux funiculaires.

A cette période de création succède, jusqu'en 1940, une période d'améliorations: installation de doubles voies et mise en service de voitures mieux adaptées et plus perfectionnées.

La troisième période voit apparaître les véhicules sur pneus. Elle débute en 1940 avec la mise en service de trolleybus sur la ligne de Serrières. Puis survient la guerre avec ses restrictions, empêchant tout développement pendant quelques années. En 1947 apparaît un premier service d'autobus qui dessert, tout d'abord bien modestement, l'hôpital des Ca-dolles. Un grand projet se réalise en 1949 avec la création de la ligne de trolleybus du haut de la ville («boucle des Parcs») et de la liaison directe par trolleybus Neuchâtel— Cernier, en communauté d'exploitation avec la Compagnie des transports du Val-de-Ruz (VR). Le trolleybus remplace encore les tramways de Saint-Biaise en 1957, de la gare et de La Coudre en 1 964.

La période actuelle voit surgir de nouveaux problèmes, notamment par suite de l'aggravation des conditions de circulation et de la pénurie de personnel. En 1967, quatre motrices articulées achetées au réseau de Gênes sont mises en service sur la ligne de Boudry. L'année suivante, l'autobus étend son champ d'activité jusqu'à Savagnier. En 1969, le trolleybus est prolongé de La Coudre à Hauterive, tandis qu'il abandonne à l'autobus la liaison Neuchâtel—Cernier. En 1969-70, le manque de main-d'œuvre conduit à introduire le libre accès des abonnés et à équiper progressivement les arrêts de distributeurs automatiques de billets.

Après avoir connu une situation financière saine et avoir été en mesure de verser régulièrement un modeste dividende à ses actionnaires, la Compagnie TN a abordé l'année 1970 avec des charges dont l'accroissement ne pouvait raisonnablement plus être compensé par une hausse de tarif. Les actions ont dès lors été reprises par les pouvoirs publics, à raison d'un tiers par l'Etat de Neuchâtel, un tiers par la Commune de Neuchâtel et un tiers par les autres communes bénéficiant des services des TN. Ce nouveau régime est entré en vigueur le 24 septembre 1971 avec la raison sociale «Compagnie des transports en commun de Neuchâtel et environs».
d'autres ouvrages de S. Jacobi
15,95 EUR
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: