livres. lus. approuvés.
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Traité de Sylviculture
par A. Poskin
Relié / 440 pages / édition de 1926
langue(s) : français
éditeur : Jules Duculot
numéro : 5
dimensions : 240 (h) x 160 (l) x 30 (ép) mm
poids : 1075 grammes
DISPONIBLE
bon état
17,95 EUR
référence : 1015743
Tous les prix incluent la TVA
Nous sommes particulièrement heureux de présenter au public le nouveau Traité de Sylviculture, que publie M. Arthur Poskin, le distingué professeur d'Economie forestière de notre Institut agronomique de l’Etat, à Gembloux. Les anciens élèves de M. Poskin, déjà nombreux, et tous ceux qui, à un titre quelconque, s’occupent de sylviculture, liront avec grand intérêt les pages consacrées à l'étude des espèces d'arbres, aux peuplements forestiers, aux repeuplements, au traitement et à la gestion proprement dite des forêts.

Comme nous l’avons déjà dit, dans un pays comme le nôtre où l’industrie ei l'agriculture tiennent une si grande place, les questions svlvicoles sont souvent reléguées à l’arrière-plan. On ne se rend pas compte de ce que les forêts remplissent un rôle économique des plus utiles à la prospérité de nombreuses branches de l'activité humaine.

Cependant aujourd'hui, grâce aux écrits de nos maîtres, grâce à l’influence heureuse et incessante de l’Administration forestière et de sociétés de propagande, au premier rang desquelles se place la Société centrale forestière de Belgique, on apprécie mieux l'action bienfaisante des forêts sur l’hygiène publique, sur le climat et sur le régime des eaux. L’attention a été attirée sur les ruines causées dans maints pays par des déboisements excessifs, inconsidérés.

De même, on prise davantage la beauté des arbres et leur raison d’être dans l'embellissement de la nature et des protestations très vives s’élèvent de toutes parts lorsqu’on détruit des massifs de forêts qui font l’ornement d'une contrée.

Mais, ce que l’on apprécie moins, c'est le rôle économique des forêts dont l'importance augmente de plus en plus, ce sont les avantages qu'elles procurent à la Société par la mise en valeur de sols ingrats, qui souvent, sans elles, seraient stériles. La végétation ligneuse sait en tirer grand profit en nous fournissant des produits très utiles et même indispensables.

On ignore généralement que près de un cinquième de la Belgique est occupé par les forêts et que, malgré la production continue de ces 500.000 à 600.000 hectares, nous restons encore tributaires de l’étranger pour plus de un demi-milliard de francs chaque année.

Le bois et ses dérivés se classent au 3e ou 4e rang parmi les matières que nous devons acheter au dehors.

C'est dire l’importance de nos besoins, la consommation inouïe qui se fait de produits ligneux, consommation qui augmente sans cesse.

Aussi, bien qu'on doive applaudir aux efforts qui sont faits pour intensifier la production agricole, on devrait encourager également tous ceux qui visent à [...]
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: