Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Étude géologique du Bassin Houiller de Charleroi : La Concession Tergnée-Aiseau-Presle (première partie)
Broché / 156 pages / édition de 1951
langue(s) : français
collection : Publication
numéro : 9
dimensions : 310 (h) x 235 (l) x 15 (ép) mm
poids : 810 grammes
DISPONIBLE
très bon état
15,95 EUR
référence : 1014888
Tous les prix incluent la TVA
En présentant la monographie géologique de la concession houillère Tergnée-Aiseau-Presle, nous exprimons nos sentiments de gratitude au Baron Carlo HeNIN, Président du Conseil et Administrateur-Délégué de la Société Vnonyme du Charbonnage d’Aiseau-Presle, pour l'aide et l’encouragement qu'il n’a cessé de témoigner à la recherche scientifique dans l’industrie houillère.

A ses côtés, les dirigeants de la Société, et tout spécialement M. Henri Verdinne, son ingénieur en chef et le directeur de ses travaux, ont permis de mener à bien la présente étude en accordant à ses auteurs toutes les facilités requises. Nous leur devons l’accomplissement d’un travail systématique, effectué dans les meilleures conditions possible.

La description géologique de la concession Tergnée-Aiseau-Presle est le fruit d’investigations entreprises depuis 1948 par le personnel de l’Association. Celui-ci a été aidé dans sa tâche par M. Adhémar Biot, porion-marqueur et, depuis de nombreuses années, prospecteur-géologue au Charbonnage d’Aiseau-Presle.
Ici, comme ailleurs, les nombreuses explorations et les récoltes massives et méthodiques auxquelles ont procédé nos collaborateurs, avec l'aide de divers auxiliaires du Charbonnage, parmi lesquels nous nous plaisons à rendre un hommage spécial à la conscience professionnelle remarquable de M. Vital Pochet, apportent des résultats détaillés et précis, indispensables à la connaissance approfondie des gisements houillers.

La totalité de la série stratigraphique accessible au siège de Boselies a été explorée et étudiée. Nous n’avons pas estimé pertinent, en effet, de limiter les investigations au seul étage westphalien. Nous savons bien que. depuis de nombreuses années déjà, on ne déhouille plus, dans les Bassins de Charleroi et de la Basse-Sambre, que localement ou momentanément de minces couches appartenant à l’étage namurien. Mais la belle veine Léopold, dont l’exploitation se poursuit (et se poursuivra) sur une grande échelle dans de nombreux charbonnages de ces bassins, est à si faible distance au-dessus de la limite conventionnelle entre les deux étages, que les travaux préparatoires relatifs à cette veine doivent (et devront) presque toujours entamer de larges tranches de la [...]
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: