Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
1944 : Bastogne à la veille du choc
Broché / 208 pages / édition de 2019
langue(s) : français
éditeur : Weyrich
collection : 1944
numéro : 01/19
ISBN :
EAN : 9772593798008
dimensions : 270 (h) x 190 (l) x 15 (ép) mm
poids : 690 grammes
DISPONIBLE
très bon état
14,95 EUR
Quantité:
référence : 1014869
Tous les prix incluent la TVA
Un Mook est une créature de presse hybride, à la fois livre («book») et magazine (« M »). Celui-ci a pour ambition de présenter aux lecteurs les derniers acquis de la science historique concernant la Seconde Guerre mondiale. Si ce Mook est destiné au plus large public possible, s’il est conçu et rédigé de manière à informer, à exciter la curiosité et, pourquoi pas, à divertir, il n’en est pas moins intellectuellement et professionnellement exigeant. Populariser l’histoire ne signifie pas faire une histoire au rabais.
Simplement intitulé 1944, ce premier numéro est surtout consacré à la veille de la bataille des Ardennes à Bastogne. On y trouvera des articles sur des sujets, des angles de vue, des thématiques souvent négligés par les publications, savantes comme populaires. En effet, le temps est loin où l’histoire militaire se résumait au récit, technique pour ainsi dire, des affrontements entre armées. Fait social total, la guerre intéresse désormais l’historien dans tous ses aspects : la vie des soldats, mais aussi celle des civils, les plans stratégiques, mais aussi les calculs politiciens, les innovations technologiques, mais aussi l’usage d’humbles objets du quotidien, l’élan collectif, mais aussi la part de conviction et d’esprit de sacrifice de l’individu...

Le choix de la bataille des Ardennes pour ce premier numéro est logique. Dernière épreuve majeure de la Seconde Guerre mondiale à l’ouest, elle s’est déroulée dans des conditions épouvantables, à la fois militaires (l’effet de surprise), psychologiques (« Ils » étaient partis, voici qu’« ils » reviennent), et climatiques (au coeur d’un hiver particulièrement rigoureux). Que les Américains cèdent, que le verrou des Ardennes saute et ouvre devant les Allemands la route d’Anvers, et le sort de la guerre eût été différent, ou du moins sa longueur. Mais voilà, les Américains ont tenu bon. Victoire militaire éclatante, arrachée au prix de davantage de pertes américaines que lors du Débarquement; mais, nous explique Luc De Vos dans une interview passionnante, défaite politique, puisque le front allemand ainsi dégarni à l’est a permis à l’Armée rouge de se retrouver à 75 kilomètres de Berlin. Avec les résultats que l’on sait.

De ce moment dramatique, Bastogne, avec son musée, son mémorial du Mardasson et sa crypte décorée des fresques de Fernand Léger, est l’incontournable lieu de mémoire. Aussi bien, le Bastogne War Muséum, par ailleurs partenaire du Mémorial de Caen et étape finale de la Voie de la Liberté qui commémore l’avance des Alliés à partir des plages du Débarquement, s’est naturellement associé à ce projet.

Or, qui dit lieu de mémoire dit jalons de la mémoire. Et, pour le BWM, 2019 sera un jalon particulièrement important, qu’il s’agira de marquer d’un éclat particulier: le 75e anniversaire de la bataille des Ardennes, dont la ville de Bastogne est, pour ainsi dire, la capitale mémorielle.

Mais 2019, c’est aussi le 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin, que certains historiens considèrent comme la véritable fin de la Seconde Guerre mondiale.

Enfin, l’événement libérateur de Berlin signifie bien la fin de la guerre froide, qui a commencé à peine tu le fracas des armes, pour ne s’achever que dans celui du démantèlement du mur.
d'autres ouvrages de Jean-Paul Marthoz
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: