livres. lus. approuvés.
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Jolies places à Bruxelles
Broché / 92 pages / non daté ou dépôt légal à parution
langue(s) : français
éditeur : A compte d'auteur
dimensions : 240 (h) x 160 (l) x 10 (ép) mm
poids : 280 grammes
DISPONIBLE
très bon état
11,95 EUR
référence : 1016356
Tous les prix incluent la TVA
"Je dis aux quatre vents que la Grand-Place est belle". Ce vers d'Armand
Bernier pourrait servir d'exergue au présent recueil d'Yvonne du Jacquier
: Jolies places à Bruxelles. Il en a l'élan, l'allégresse et la ferveur.
Il en a surtout la poésie, née moins des mots que de leur transcendance
sans quoi toute démarche historique serait sèche, toute description,
banale, toute considération, sans attrait.

Pour concevoir ce recueil au thème unique dans les nombreuses
historiographies de Bruxelles, il semble qu'Yvonne du Jacquier ait ouvert
son écritoire un jour de printemps, près des marchands de fleurs de la
Grand-Place, dans l'air vif, les parfums, la foule, le chant des cloches
de la cathédrale. N'est-ce pas de là qu'elle contempla, une fois encore,
cette Grand-Place relativement petite et toujours joyeuse bien que Victor
Hugo l'ait jugée "austère et gigantesque" et qu'elle décida de lui
consacrer une étude en y adjoingnant celle des principales places
publiques de toute son agglomération ?

Par les sept rues qui y aboutissent la Grand-Place rayonne sur "la ville
en forme de coeur" comme on le disait déjà au XVIe siècle et par-delà sur
les dix-huit communes qui l'entourent et forment avec elle une entité
particulière et complexe dont Yvonne du Jacquier a parfaitement compris
l'originalité. Dans l'oeuvre abondante d'Yvonne du Jacquier, Jolies places
à Bruxelles forme avec Chapelles en Brabant et Beaux presbytères en
Brabant un triptyque exhaustif et clairvoyant d'où ne sont exclus ni les
critiques ni les regrets, mais où l'histoire, le folklore, la légende, la
guerre, les fêtes, les personnages illustres se révèlent dans chaque trait
et donnent à l'ensemble sa coloration humaine née de son long passé et de
son intégration dans la société d'aujourd'hui.

L'auteur trace une synthèse parfaite de chaque place publique pour en
retenir l'atmosphère qui la caractérise. La place publique étant un lieu
de rencontre et d'échange, créé souvent grâce à sa situation géographique
et aux nécessités économiques d'une région, devint tout naturellement au
cours des âges le centre actif d'un groupe urbain ou rural qui y édifia
les symboles même de sa communauté : l'église, l'hôtel de ville, le
marché, les halles, l'école, les magasins.

Cité dans la cité, la place, ouverte sur le monde, reste cependant un lieu
clos et privilégié, protégeant et protégé où les activités prennent un air
familial parce que chacun y participe et en assure la sauvegarde.

La Grand-Place de Bruxelles, que Jean Cocteau appelait un grand théâtre,
occupe les premières pages du livre qui, ensuite de page en page, découvre
d'autres places comme autant de témoignages d'une histoire dont l'auteur
signale avec pertinence les réalisations.

Que de places publiques dont les noms seuls évoquent des merveilles
architecturales, des souvenirs tragiques, des réalisations remarquables,
que ce soit dans Bruxelles même ou dans ses faubourgs.

Le trajet de l'Histoire passe par la place du Jardin aux Fleurs, mais
aussi par la place de la Vaillance à Anderlecht, à l'ombre de la Maison
d'Erasme, par la place du Sablon et son église, mais aussi par la place
Fernand Cocq à Ixelles où vécut la Malibran, par la place Royale et la
place du Sacré-Coeur à Woluwe-Saint-Lambert avec son église Saint-Lambert
où sont conservées trois statuettes de bois, sculptées par le roi Albert
dans sa jeunesse, par la place Sainte-Catherine et le square du Vieux
Tilleul à Boondael où Charles-Quint se reposa.

L'auteur, émouvante et érudite, aide le lecteur à mieux apprécier la
valeur de ces évidences quotidiennes dont l'habitude lui cache
l'importance et la beauté.

Yvonne du Jacquier présente son recueil "Jolies places à Bruxelles",
illustré avec distinction et discernement, à tous ceux qui comme elle
redisent souvent avec le poète Odilon-Jean Périer: "Qui m'aime aime ma
ville et me suive au travers."

rechercher des articles similaires par thème: