livres. lus. approuvés.
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Notre cher Waterloo de naguère
Broché / 128 pages / édition de 1983
langue(s) : français
dimensions : 270 (h) x 210 (l) x 10 (ép) mm
poids : 443 grammes
DISPONIBLE
très bon état
21,95 EUR
référence : 1019511
Tous les prix incluent la TVA
Plusieurs écueils guettent la préface d'un ouvrage comme celui-ci, la complaisance pour la patience de l'auteur Marie-Louise de Villers qui a réuni et commenté l'illustration, le défaut de connaître une époque révolue. Je céderai donc à une rêverie, aux émerveillements des anciens mirages, où l'on trouve les forestiers, les géomètres traceurs de route, les paveurs, les laboureurs, les humbles artisans, les notables qui ont essarté, cultivé, orné, administré, humanisé le coin de pays qui est le nôtre. Le charme des images invite à une promenade. Je réponds à l'invitation. Me voici promeneur, ici, contemplant la Chapelle royale et son dôme, là, visiteur d'une auberge, songeur au destin de Wellington signant la dépêche annonçant la victoire, donnant l'universalité au nom «Waterloo». Reprenant la route, par un chemin privé, portant aujourd'hui le nom d'une Reine aimée, les hêtraies somptueuses de la forêt m'attendent; revenant vers Joli-Bois, le fantôme d'un enfant de Waterloo me surprend Jacques Pastur, ditjaco, soldat autrichien, puis français, défenseur de la forêt, choisissant le centre au terme de sa vie pour y terminer ses jours, ne soupçonnant pas qu'il léguerait son parc et un château à la Commune de Waterloo.

Mon imagination fréquente les tavernes disparues aux noms évocateurs, Belle-Vue, Joli-Bois, Petit-Paris, elle y trouve les visages de ceux qui ont vécu le vieux Waterloo, son calme, ses charmes, avant que lotisseurs, promoteurs, bâtisseurs, commerçants, ne donnent aux campagnes le visage d'une cité et aux édiles les soucis d'une ville.

De nos jours il est sage de ramener nos regards sur le passé. Aujourd'hui l'homme a le vertige de la rapidité, de l'efficacité, du profit; saisi par les témoignages d'an-tan, il rencontre une époque où le rythme de vie était pauvre, sans doute, mais simple et heureux. Notre Waterloo, c'est aussi le Waterloo d'autrefois. L'ouvrage de Marie-Louise de Villers laisse deviner quelle était sa jouissance paisible de la vie. Dans les voix intérieures de sa conscience, le lecteur entendra l'espoir d'un village et le vers du poète «Rends-moi le temps de mon adolescence, où je n'étais qu'en espérance» (Goethe).
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: