livres. lus. approuvés.
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Le rail bruxellois en images
par Collectif
Cartonné / 196 pages / édition de 1994
langue(s) : français
éditeur : P.F.T.
dimensions : 220 (h) x 155 (l) x 14 (ép) mm
poids : 480 grammes
DISPONIBLE
très bon état
36,95 EUR
référence : 1017958
Tous les prix incluent la TVA
La région bruxelloise fut sans conteste le berceau du rail non seulement belge mais aussi européen.

N'est-ce pas le 1er mai 1835 que les premiers trains relièrent Bruxelles à Malines?

A partir de ce moment, la voie ferrée commença à tisser une immense toile pour desservir d'abord les plus grandes villes (Anvers en 1836, Gand en 1837, Ostende et Liège(Ans) en 1838, Mons en 1842, Charleroi et Namur en 1843, etc.), et atteindre aussi les campagnes oubliées par l'essor de la révolution industrielle.

Au fil des ans, grâce au progrès de la technique, le réseau s'étoffa et s'améliora pour arriver, dans les années trente, à un développement de plus de cinq mille kilomètres, constituant ainsi le réseau le plus
dense du monde!

Parallèlement au "grand" chemin de fer s'est développé, à partir de 1885, un réseau de lignes vicinales qui devaient, comme le nom l'indique, permettre d'atteindre les contrées les plus reculées et inaccessibles par les voies traditionnelles. Ce réseau fut établi en grande partie à l'écartement métrique et se jouait du profil du terrain par l'adoption de courbes serrées, de rampes et de pentes. Petit à petit, il s'étendit non seulement aux campagnes pour lesquelles il était voué, mais aussi aux villes, créant parfois de véritables réseaux urbains, comme à Malines par exemple. Une partie de ce réseau, qui atteignit quelque cinq mille kilomètres à son apogée, fut en partie éléctrifié dès le début du siècle.

Aujourd'hui, du réseau ferré vicinal, il ne reste plus que quelques lignes à la Côte et à Charleroi, gérées par les sociétés de transports en commun régionales De Lijn et TEC. Maigre consolation pour les amateurs : les trams ont été remplacés par des bus...

Enfin, un troisième réseau vit le jour, decendant.des omnibus à traction chevaline : le réseau urbain des grandes villes. Il en fut établi à Liège, Verviers, Gand, Anvers, Charleroi et bien sûr Bruxelles. Aujourd'hui, seules les agglomérations de Gand, Anvers et Bruxelles ont conservé leurs trams, avec même, ces dernières années, des extensions de réseau.

A Bruxelles, les trois réseaux ferrés ont co-habité. La capitale belge est aussi la plus grande agglomération du pays et il y converge non seulement les navetteurs mais aussi les touristes et les
étrangers.
rechercher des articles similaires par thème: