livres. lus. approuvés.
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Histoire et petite histoire de La Louvière - 2 tomes
« Des origines jusqu'à la fusion des communes: 31 décembre 1976 »
Broché / 1156 pages / édition de 1984
langue(s) : français
éditeur : A compte d'auteur
dimensions : 214 (h) x 148 (l) x 64 (ép) mm
poids : 1715 grammes
Cet ouvrage n'est
pas disponible
actuellement sur
Bibliomania
Messieurs MENGAL et HUWE m'ont fait l'honneur de me demander une préface. Cependant, il n'était nullement besoin de présenter aux lecteurs les auteurs et leur ouvrage.

Messieurs MENGAL et HUWE sont connus de tous les Louviérois. Aux services qu'ils ne cessent de leur rendre, ils viennent d'en ajouter un nouveau, et d'importance, en écrivant «L'Histoire et la Petite Histoire» de leur cité.
Connaître le passé pour comprendre le présent et travailler pour l'avenir, tels sont le sens et la portée de leur livre. D'une pierre, ils ont fait trois coups de maître.

J'arrête ici mon éloge, concis à dessein, mais plein dans sa brièveté de sentiments que, délibérément, je me suis interdit d'exprimer, craignant d'encourir des uns, le reproche d'avoir donné le pas à l'amitié sur l'objectivité, des autres, celui de n'avoir pas trouvé les mots adéquats pour célébrer les mérites de nos deux historiens; d'autres ne manqueront pas de les proclamer et ce sera justice.

Durant plus de 40 ans, j'ai entendu affirmer : « La Louvière est une ville sans passé» comme celles qu'évoque Albert CAMUS dans son livre : «L'Eté».
A cette légende, l'ouvrage de Messieurs MENGAL et HUWE met fin définitivement. Désormais, l'ignorance devient sans excuse devant les faits qu'ils relatent sur la foi de documents dont l'authenticité n'est pas contestable et dont l'analyse témoigne d'un esprit critique que les professionnels de l Histoire ne renieront pas.

S'il est certain que la fondation de La Louvière date du XIIe siècle, il n'est pas défendu de supposer qu'elle remonterait à l'époque gallo-romaine. A ce jour, les indices signalés par Messieurs MENGAL et HUWE, à l'appui de cette hypothèse, sont ténus et peu nombreux mais rien ne dit que des fouilles, organisées systématiquement, n'apporteraient pas des éléments susceptibles de la confirmer.

Quoi qu'il en soit, La Louvière peut s'enorgueillir d'un passé qui, s'il n'a rien de comparable à celui de nos grandes communes du Moyen Age, a néanmoins laissé des vestiges importants; acquis, conservés et restaurés par l'Administration communale, ils deviendront le siège d'un musée archéologique et folklorique dont l'embryon est déjà formé grâce aux 'recherches et aux découvertes de Monsieur HUWE et au concours d'anciens Louviérois. Parmi eux, je cite en m'excusant à l'égard des autres, feu Monsieur Oscar ROLAND, Messieurs Ludovic SIREAU et Fernand LIENAUX qui ont droit à des félicitations pour avoir, les premiers, conservé de précieuses archives, le second, illustré avec art l'œuvre de Messieurs MENGAL et HUWE.

L'exploitation méthodique des gisements de charbon et la révolution industrielle commencée au XVIIIe siècle devaient donner un nouvel essor au domaine des moines de l'Abbaye d'Aulne et le transformer progressivement d'agricole en cité industrielle.

Semblable évolution était due essentiellement à ces facteurs d'ordre économique, fournis par la nature ou issus du génie humain et mis en action par l'initiative des employeurs et la force-travail de leurs ouvriers; elle appelait une institutionnalisation, une armature politique et administrative.

Tout était en place : richesses naturelles, entreprises industrielles, population, voies de communications pour que La Louvière soit érigée en commune.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: