Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
La ferme de mon père au Katanga
Broché / 448 pages / édition de 1996
langue(s) : français
éditeur : La Golondrina
ISBN : 9977121877
EAN : 9789977121871
dimensions : 210 (h) x 148 (l) x 28 (ép) mm
poids : 636 grammes
DISPONIBLE
très bon état
dédicacé par l'auteur
17,95 EUR
référence : 1014366
Tous les prix incluent la TVA
"La Ferme de mon Père au Katanga” n'est pas un roman. C'est une saga: celle d'une famille, celle de l'ex-Congo belge, celle de l'Afrique.

A travers ce récit vécu, l'auteur nous fait vivre et comprendre les tenants et aboutissants de la colonisation belge au Congo et surtout, presque jour après jour, la combien douloureuse et peu glorieuse épopée de la décolonisation.

"La Ferme de mon Père au Katanga", c'est une histoire d'amour pour l'Afrique et ses populations indigènes. L'auteur y fait l'apologie de la vie des colons et plus généralement des indépendants, qui se sont vraiment impliqués dans l'aventure africaine, qui ont le plus payé de leur personne et de leurs biens, qui ont aussi le plus perdu, en illusions aussi... Il pointe du doigt les responsables du désastre congolais, du désastre
africain: nos dirigeants de tous bords, leur incurie et leur dilettantisme, les partis politiques et les grandes instances internationales, il dénonce implacablement le rôle combien trouble des casques bleus de l'O.N.U. et de leurs mandataires. Procès de nos pays bien pensants qui par ignorance, par bêtise, fatuité ou mercantilisme, ont provoqué ou laissé faire, livrant les peuples d'Afrique au chaos.

On y trouve les lâchetés des pouvoirs publics, la médiocrité des conditions de vie improvisées pour les réfugiés de retour dans la "mère-patrie"...

"La Ferme de mon Père au Katanga", ce n’est pas le chemin de croix de réfugiés aux abois mais les pérégrinations de voyageurs jamais résignés, toujours battants. C'est enfin une analyse implacable des sociétés occidentales du XXème siècle qui, loin d'avoir tiré parti des expériences passées, se sont au contraire enferrées dans l'erreur.

C'est le cri d'alarme d'une société en perdition... Mais comme l'auteur n'est pas un homme désespéré - il l'a prouvé à satiété - dans son dernier chapitre intitulé "Vers l'Avenir", il lance une bouteille à la mer: c'est l'appel au secours du monde qui se noie.

A nous de récupérer le message. D'agir, enfin!

Ou de le laisser partir à la dérive, pour toujours...
rechercher des articles similaires par thème: