Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
«Beuteflugzeuge» : Les appareils étrangers au sein de la Luftwaffe (1938-1945)
Broché / 96 pages / édition de 2008
langue(s) : français
éditeur : De Krijger
numéro : 10
ISBN : 9058680630
EAN : 9789058680631
dimensions : 240 (h) x 170 (l) x 9 (ép) mm
poids : 285 grammes
DISPONIBLE
très bon état
15,95 EUR
référence : 1013968
Tous les prix incluent la TVA
‘Beute : mot allemand signifiant butin. L’aviation militaire allemande de la Seconde Guerre mondiale, la Luftwaffe, allait faire un usage intensif de ce terme en l’accolant au substantif ‘Flugzeug, ou avion. Les ‘Beuteflugzeuge’ furent effectivement les avions de prise récupérés par les Allemands parmi les dépouilles des armées vaincues.

De tout temps, les militaires ont voulu saisir le matériel adverse pour pouvoir le tester. Cependant, lors de la période 1939/1945, bien plus que toute autre aviation, la Luftwaffe allait employer en nombre les appareils capturés, cela pour des motifs intrinsèques.

Après 1945, les vainqueurs - via des mémoires tronquées et des historiens officiels stipendiés - affirmèrent que l’armée allemande avait, en 1939, préparé une ‘grande guerre d’agression et, pour ce faire, disposait d’un phénoménal arsenal du dernier cri ; tout cela avec l’assentiment d’un peuple fanatisé hurlant à qui mieux-mieux : ’Pas de beurre mais des canons P Cette vision quelque peu primaire permettait d’expliquer le surprenant effondrement en mai/juin 1940 des armées des démocraties occidentales. Comment purent-elles effectivement lutter à armes égales face à pareille duplicité ? Nous savons pourtant de nos jours que l’arsenal allemand de cette époque était bien limité. Comment aurait-il pu en être d’ailleurs autrement puisque, sortant d’une crise économique endémique s’étendant de 1918 à 1933, l’Allemagne ne put se redresser militairement et économiquement qu’avec l’arrivée au pouvoir des nationaux-socialistes en 1933. L’aviation militaire sera relancée l’année suivante avec des moyens limités. Tout dut être créé avec méthode alors que l’on manquait pourtant de cadres et, surtout, de matériel. Cette surprenante remise sur pieds exerce une continuelle fascination sur les historiens vu les capacités d’organisation et d’improvisation déployées à cette occasion. Mais la bonne volonté, l’esprit de sacrifice ou le désir de revanche ne peuvent permettre de créer à partir de rien des flottes aériennes lorsque l’industrie militaire est aussi balbutiante qu’engorgée.

La Luftwaffe (et la Wehrmacht en général) devra donc faire flèche de tout bois et, au fur et à mesure des conflits, englober dans ses rangs des appareils (et parfois du personnel !) étrangers. Ce livret tente de donner une idée de l’évolution de ce phénomène complexe qui nécessiterait cependant des développements dépassant largement le cadre de ces quelques pages.
d'autres ouvrages de Jean-Louis Roba
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: