Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Des omnibus aux TER (1949-2002)
Cartonné / 464 pages / édition de 2002
langue(s) : français
éditeur : La Vie du Rail
ISBN : 2902808836
EAN : 9782902808830
dimensions : 305 (h) x 220 (l) x 30 (ép) mm
poids : 1980 grammes
DISPONIBLE
très bon état
35,95 EUR
référence : 1012198
Tous les prix incluent la TVA
Ces cinquante ans d’histoire des desseries régionales s’adressent, non seulement aux passionnés de l’histoire des chemins de fer, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à l’aménagement de notre territoire, concret et vécu.

« Des omnibus aux TER » permet de comprendre comment la volonté politique a pu contrer une évolution qui — à l’heure de la tentation du tout-TGV — paraissait conduire à un inéluctable déclin, voire à la disparition des desseries régionales. L ouvrage particulièrement documenté de Pierre-Henri Émangard, Pierre Zembri et Bernard Collardey vient à point nommé: retraçant les principales étapes de la vie mouvementée des desseries régionales, les auteurs privilégient à chaque fois une démarche explicative, tant politique qu’économique. De la sorte, le lecteur comprendra mieux la véritable « révolution » qui s’accomplit aujourd’hui.

La régionalisation du transport ferroviaire est en effet beaucoup plus qu’une simple amélioration des services rendus à l’usager pour ses déplacements quotidiens. Elle constitue et constituera un point d’appui, le lieu d’une responsabilisation accrue: au sein de l’entreprise SNCF dans la redéfinition de ses relations avec les usagers et les collectivités locales, entre les citoyens et leurs élus par une meilleure prise de conscience des paramètres et des coûts qui fondent une décision.

L'homme du train que je suis est particulièrement heureux d’avoir pu être l’un des acteurs clés de cette « résurrection », alors que de nouvelles perspectives s’ouvrent avec la généralisation du transfert de compétence aux régions, prévu par la loi « Solidarité et renouvellement urbains » de décembre 2000. Il aura fallu près de neuf ans pour en arriver là.

Parce que sept régions pionnières ont accepté de s’engager pour démontrer que l’on pouvait rendre le transport ferroviaire régional, celui de tous les jours et de tout le monde, plus performant, donc plus attractif et, qu’à enveloppe constante, en bouleversant parfois l’offre de transport, on pouvait faire « plus et mieux parce qu’autrement ».

Parce que nous avons été quelques-uns, toutes tendances politiques confondues, à croire que cet outil d’irrigation quotidienne de nos territoires régionaux ne devait pas être détruit, mais modernisé et réadapté aux besoins des usagers, le TER a pu naître et se développer. Aujourd'hui, non seulement il n’est plus question de fermeture de lignes mais parfois même de réouverture. Les fréquences ont été accrues là où le besoin s’en faisait sentir. L'usager dispose ou disposera bientôt de matériel moderne et confortable, de gares rénovées. Nous avons enfin, autour de ces dessertes régionales, développé l’intermodalité, faisant du TER l’assembleur des autres modes de transport public.

Comme quoi le pire n’est jamais sûr: dès lors qu’un projet intelligent parvient à rassembler des énergies communes, que la vision et la volonté sont là, tout devient possible. Les dessertes ferroviaires régionales ont bénéficié de cette démarche, l’usager, les régions, la SNCF aussi, et c’est tant mieux!
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: