Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Grammaire Bruxelloise -Marollienne
Broché / 240 pages / édition de 1989
langue(s) : français
éditeur : LOJIPE S.C.
ISBN : 2872630279
EAN : 9782872630271
dimensions : 210 (h) x 147 (l) x 13 (ép) mm
poids : 310 grammes
Cet ouvrage n'est
pas disponible
actuellement sur
Bibliomania
Le langage étant le thermomètre de la civilisation, il en résulte que la culture de l’un suit la culture de l'autre.

La prééminence de l'homme, qui a su assimiler à la fois l'esprit germanique et l'esprit latin, est indéniable, le monde lui appartient.

Quand aux autres, s'ils n'ont aucune aspiration à la culture littéraire, il faut pour le moins, afin de n'être exclu, comprendre et parler les deux langues officielles de notre pays, ceci afin de pouvoir recueillir les immenses avantages moraux, et toutes les richesses pour lesquelles ils n'auront qu'à tendre les bras.

Ce double langage est pour un peuple une grande supériorité

En réalité notre richesse linguistique est bien plus importante, dotée de deux dialectes non négligeables, l'un né de la domination romaine, c'est-à-dire, le wallon, qui coexiste avec le français, et le bruxellois dérivé du thiois ou néderdeutch, coexistant avec le néerlandais, deuxième langue officielle de notre pays.

Ces deux dialectes importants s’opposent en général aux deux langues communes, et sont les plus traditionnels

Ils désignent des parlers répandus sur d'assez vastes territoires à l’intérieur d’une unité politique, dont la ou les langues officielles sont nettement distingues d'eux.

Ces dialectes sont donc des langues régionales et les locuteurs de ces dialectes sont obligatoirement bilingues ou même trilingues, s'ils veulent participer à la vie nationale.

Cependant, de ces deux plus importants dialectes, le bruxellois présente une moindre résistance au fur et à mesure que la langue officielle est sue par l'ensemble des habitants de la nation, ce parler régional s'élimine progressivement.

Pour cette raison, et afin que ce langage ne se perde à jamais, nous nous sommes efforcés, pour qu'il soit à la porté de tous, de lui donner une mémoire visuelle, une littérature, une transcription facile pour ne plus tenir la langue française ou néerlandaise pour l'expression supérieure de la pensée.

Rien n'a été omis, ni le pittoresque, ni la trivialité dans la tonalité, ni la richesse colorée et imagée de ce langage familier et populaire bruxellois.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: