Lu et approuvé...
Bois et métal dans les façades à Bruxelles
Broché / 216 pages / édition de 1997
langue(s):français
collection:L'art dans la rue
numéro:2
ISBN:287212229
EAN:9782872122295
dimensions:210 (h) x 240 (l) x 15 (ép) mm
poids:747 grammes
La série «L'Art dans la Rue» s'attache au patrimoine quotidien, familier et pourtant méconnu de la capitale. Négligeant les édifices monumentaux, elle se penche au contraire sur les milliers de façades anciennes, tantôt sobres, tantôt somptueuses, qui témoignent du souci de créer une ville belle, cohérente mais néanmoins diversifiée.

Le premier volume de cette série était consacré aux sgraffites à Bruxelles. Ce deuxième livre, dont la Fondation a confié la réalisation aux Archives d'Architecture Moderne, illustre l'utilisation du bois et du métal dans les façades des habitations bruxelloises : portes, châssis, volets, balcons, corniches, lucarnes, etc. L'ouvrage ne porte pas sur l'utilisation du bois et du métal dans la structure du bâtiment. Le livre a délibérément choisi une période bien précise, qui va du milieu du XIXe siècle à la Deuxième Guerre Mondiale. D'une part, parce que cette époque a vu différents styles se succéder à un rythme rapide, ce qui a entraîné une incroyable diversité de détails et une floraison exceptionnelle de l'artisanat; de l'autre, parce que les maisons bruxelloises du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, insuffisamment protégées par la législation, ont été et sont encore trop souvent victimes de destructions. Tout autant que l'admiration, la vigilance est donc aussi de mise.

L'ouvrage étudie la succession des styles et l'évolution de la complexité formelle pour chaque élément comme la porte, la corniche, le balcon... Cette approche nécessairement fort analytique est compensée par le texte introductif, qui souligne la cohérence de la façade. Celle-ci constitue en effet un ensemble harmonieux, dont chaque élément renforce l'équilibre et que la moindre modification peut perturber. Jusqu'à la dernière guerre, cette façon de percevoir la façade comme une œuvre globale a été favorisée par une multitude de facteurs : une bourgeoisie à la mentalité individualiste, une législation rigoureuse, un espace public à usage polyvalent, le croisement entre l'artisanat et la fabrication industrielle, une certaine conception de l'esthétique urbaine...
rechercher des articles similaires par catégorie:
rechercher des articles similaires par thème:
DISPONIBLE
16,95 EUR
état:très bon
référence:1010647
Tous les prix incluent la TVA
Estimez vos frais de port