Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Le patrimoine monumental de la Belgique. Wallonie, tome 18/2 : Liège, Arrondissement de Waremme
par Collectif
Broché / 704 pages / édition de 1994
langue(s) : français
éditeur : Mardaga
numéro : 18/2
ISBN : 2870095821
EAN : 9782870095829
dimensions : 217 (h) x 157 (l) x 32 (ép) mm
poids : 860 grammes
DISPONIBLE
très bon état
24,95 EUR
référence : 1012494
Tous les prix incluent la TVA
Une seule région géographique riche en terrains limoneux couvre l’arrondissement de Waremme : la Hesbaye. Cette campagne légèrement ondulée se caractérise par des champs à perte de vue, ponctués de villages ceinturés de peupliers. Ces villages à l’habitat groupé se sont installés dans le fond de vallées évasées (Lincent, Remicourt) ou encaissées à proximité du bassin mosan (Fallais, Fumai), et sur le plateau (Limont, Tourinne, Viemme).

Du point de vue architectural, se dessinent quatre zones caractéristiques.

La majeure partie du territoire relève de la Hesbaye liégeoise, cernée au nord par le Geer, à l’ouest par la Mehaigne et au sud par la Meuse. La fertilité du sol a déterminé la structure dense de l’habitat et l’importance des exploitations agricoles, principalement en quadrilatère. Les constructions sont généralement élevées en briques, réalisées à partir de l’argile et du limon extraits localement. Quant au calcaire de Meuse, il est mis en œuvre dans les encadrements de baies, les chaînes d’angle et les soubassements. Le grès, le silex et le schiste sont également répandus dans les régions où ils affleurent, surtout pour les soubassements. L’architecture en pan de bois, bien qu’abondante et en usage jusqu’au XIXe siècle dans des bâtiments modestes, n’a laissé que peu de témoignages. Les matériaux de couverture sont aussi travaillés sur place. La tuile en «S» est largement dominante; l’ardoise continue d’être en usage, mais reste réservée aux bâtiments d’importance. Quant aux styles des édifices, ils constituent une adaptation des modes liégeoises à un programme rural.

La zone nord-ouest de l’arrondissement, correspondant à la commune de Lincent et à la frange occidentale de l’entité de Hannut (Grand-Hallet, Petit-Hallet, Wansin), se rattache nettement à la Hesbaye brabançonne. Hors des villages toujours denses se déploient quelques grosses fermes en quadrilatère. L’influence brabançonne se concrétise par l’utilisation de la pierre de Gobertange (importée), principalement dans les encadrements de baies aux proportions plus grêles et aux décors parfois baroques. Le tuffeau de Lincent d’extraction locale constituait le matériau privilégié de nombreuses constructions. Au sud-ouest, la commune de Wasseiges relève de la Hesbaye namuroise. La concentration de l’habitat y est moins importante, avec inclusion de petits vergers au sein même des villages. Les constructions en briques et calcaire sont systématiquement enduites d’un badigeon clair.

Tout à fait marginale, La Mallieue, hameau méridional de Saint-Georges-sur-Meuse, appartient au sillon industriel de la vallée de la Meuse.

L’architecture religieuse de l’époque romane est représentée par de rares vestiges (Aineffe, Roloux, Oreye, Lincent) et par de nombreuses tours occidentales à caractère défensif. Le gothique nous a laissé des exemples d’architecture brabançonne (Racour, Lincent) et mosane (Momalle, Hodeige, Thys, Limont, Darion). Le XVIIe siècle fort troublé est peu propice aux constructions religieuses. Au XVIIIe siècle, les églises sont beaucoup plus riches en nombre et en qualité. La décoration intérieure rococo est tout particulièrement soignée. Les styles historiques du XIXe siècle se sont distingués plus par la qualité du mobilier que par celle de l’architecture.

La grande ferme hesbignonne en quadrilatère est de loin le type le plus représenté dans l’arrondissement de Waremme. Dans les plus grosses exploitations agricoles, le logis concentre toute l’attention des propriétaires, prenant presque l’allure d’un château. Après le logis, la construction la plus soignée est la grange qui développe fréquemment des volumes impressionnants. Le porche d’entrée possède habituellement des proportions modestes, mais il peut se transformer en tour-porche avec colombier, pour affirmer l’importance de ses habitants. Quant aux étables et aux écuries, elles se multiplient considérablement au XIXe siècle et s’assortissent de rangs de porcheries.

Les châteaux de plaisance, souvent agrémentés d’un parc, étonnent par leur nombre et leur grande qualité (Waleffe-Saint-Pierre, Warfusée, Longchamps). Des nombreux moulins à vent qui tournaient autrefois sur le plateau hesbignon, peu ont survécu. Les moulins à eau se sont heureusement conservés en plus grand nombre.

Le chef-lieu d’arrondissement, Waremme, tout comme Hannut d’ailleurs, ont été régulièrement dévastés par le passage des troupes étrangères; leur patrimoine architectural en est sorti fort appauvri.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: