Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Léon Spilliaert 1881-1946
par Collectif
Broché / 256 pages / édition de 1981
langue(s) : français
ISBN : 2865450082
EAN : 9782865450084
dimensions : 270 (h) x 210 (l) x 21 (ép) mm
poids : 1025 grammes
Cet ouvrage n'est
pas disponible
actuellement sur
Bibliomania

commandez-le sur

à partir de EUR 29,90

Donnant une nouvelle preuve, s'il en était besoin, des toujours stimulantes complicités franco-belges, les deux pays célèbrent ensemble le centenaire de la naissance de Léon Spilliaert en lui consacrant une exposition présentée successivement à Paris et à Bruxelles. En ce même lieu, faut-il le rappeler, quelques images saisissantes, inoubliables, avaient révélé en 1972 au public français le grand peintre d’Ostende parmi ses pairs, lors de la merveilleuse - l’adjectif galvaudé est pour une fois celui qui convient -exposition des Peintres de l’Imaginaire qui exaltait, à travers symbolisme et surréalisme, l’un des apports essentiels du génie belge à l'art de notre temps. C'est l'œuvre entière de Spilliaert qui se déploie aujourd'hui au Grand Palais, dans sa complexité, ses ruptures, sa permanence.

En présentant cette exposition dans le cadre des «Dossiers d'Orsav», nous n'entendons pas tirer Spilliaert vers le passé. L'artiste appartient bien au XXe siècle. Mais, soulignons-le, le programme du futur Musée d'Orsay ne saurait être contraint par un trop strict carcan chronologique. Pour terminer son parcours, il importe qu’après avoir illustré les diverses formes de la création artistique de la seconde moitié du XIXe siècle, le Musée s'ouvre clairement sur l'avenir en suggérant le prestigieux foisonnement d'inventions plastiques et poétiques qui marque ce qu'une mémorable exposition a baptisé les « Sources du XXe siècle ».

Spilliaert doit donc trouver sa place légitime dans cette partie du Musée, qui évoquera les recherches des premières années du siècle. Et, il faut s’en réjouir, cela sera possible grâce à Madame Madeleine Spilliaert, qui a voulu, pour couronner cette manifestation, offrir au Musée d'Orsay une des œuvres les plus significatives, et en même temps les plus singulières, de son père, Clair de lune et lumières. Puisse sa générosité trouver dans la réalisation de cette exposition l’expression de notre profonde gratitude.

Nous souhaitons remercier nos collègues belges d’avoir réalisé pour nous et avec nous cette exposition, - dont Madame Hélène Adhémar fut la première à accueillir le projet - , dans un esprit d'efficace et chaleureuse collaboration, connivence déjà maintes fois éprouvée et qui encourage la préparation, en concertation avec le futur Musée d’Orsay, d’autres travaux tout aussi fructueux, d'autres «chantiers» communs. Pourquoi ne pas bâtir un jour ensemble une vaste exposition qui retrace les échanges, les amitiés, les rencontres qui ont fécondé et si puissamment stimulé l'art et la culture des deux pays en cette inépuisable « fin de siècle ».
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: