Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Charleroi d'hier et d'aujourd'hui, Rue par rue
Broché / 96 pages / édition de 1996
langue(s) : français
éditeur : La Nouvelle Gazette
collection : Dossier
dimensions : 297 (h) x 210 (l) x 5 (ép) mm
poids : 315 grammes
DISPONIBLE
très bon état
6,95 EUR
référence : 1014691
Tous les prix incluent la TVA
Si Charleroi se targue d’être aujourd’hui la première métropole de la Wallonie, elle ne peut pour autant oublier ce que fut son passé, ancien et récent. Le plus proche, qui date de vingt ans seulement, lui a valu de passer de la situation d’une ville d’une vingtaine de milliers d’habitants au statut d’une entité formée de quinze communes. Le plus ancien nous ramène à son acte de naissance, à la pose de la première pierre de cette forteresse qui allait, le 3 septembre 1666, être le véritable point de départ du Charleroi d’aujourd’hui.

Mais on peut remonter plus loin encore dans le temps au village baptisé Char-noy parce que s’y trouvait un bois de charmes. Ou encore à ce qui paraît bien être, dût sa gloire d’aujourd’hui en souffrir, un hameau en forme d’excroissance du village proche de Dampremy, une terre faite de cailloux et de marécages mêlés où on ne recensait qu’une cinquantaine de chefs de famille. En 1602 encore, le futur Charleroi ne comptait que quelques maigres exploitations agricoles, où l’on cultivait l’avoine et le seigle. Les deux cinquièmes du territoire étaient en friche. On exploitait la houille depuis le I3è siècle, on avait installé les premières clouteries au 15è siècle.

C’est le marquis de Castel Rodrigo, gouverneur de nos provinces, qui va lui donner son essor militaire. Pourtant, une fois encore, c’est Dampremy qui avait, pensait-on initialement, vocation davantage stratégique à l’époque. Castel Rodrigo a rapidement compris que la situation de Charleroi, plantée sur son éperon, lui méritait un avenir meilleur. La suite, ce seront une série de prises, de reprises, de remises, à la France, puis à l’Espagne encore, puis à nouveau à la France et à l’Espagne, puis à l’Autriche, de campagnes en campagnes, de traité en traité. Ce seront aussi les bouleversements, le modelage de ses remparts, l’ouverture de Charleroi aux civils qui en avaient été chassés, la forteresse qui se fait ville de garnison, puis ville, enfin, et qui connaît la pleine expansion économique, la mine, la sidérurgie, le commerce, jusqu’à être ce que nous en savons aujourd’hui.

On dit souvent de Charleroi qu’elle manque de véritable histoire, et de ces belles demeures anciennes qui font la fierté et le cœur des villes. Il est une autre manière de tenter de découvrir son passé, en la parcourant. Oui sont les hommes, quels sont les événements qui y ont laissé leur empreinte? De rue en rue, de boulevard en boulevard, c’est ce que nous avons tenté de savoir, avec cette promenade nostalgique dans Charleroi, le «petit Charleroi» d’avant les fusions. Puisse cette balade vous intéresser et, qui sait, vous faire dire comme ce fut notre cas, que ce n ’était pas si mal, en ce temps-là.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: