Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Etudes étymologiques sur les noms des Villes, Bourgs, Villages et Hameaux de la Province du Brabant
Broché / 250 pages / édition de 1859
langue(s) : français
éditeur : Malo et Levasseur
dimensions : 250 (h) x 170 (l) x 15 (ép) mm
poids : 360 grammes
DISPONIBLE
bon état
59,95 EUR
référence : 1014676
Tous les prix incluent la TVA
En prenant la société dans son enfance, c’est-à-dire dans le temps où, pour la première fois, les hommes réunis par le besoin ou par toute autre nécessité, se sont décidés à vivre en petites communautés, ils habitèrent vraisemblablement les parties du pays qui leur parurent les plus commodes, les plus agréables et les plus susceptibles de fournir à leurs besoins. Ces besoins étaient fort restreints , sans doute, et pour se faire une idée de la vie simple et de l’état de nature, en quelque sorte, de nos premiers ancêtres, il suffirait de se rappeler les mœurs austères et la vie frugale des villageois du milieu du siècle dernier.

Ce fut donc le long des fleuves, sur les bords des ruisseaux, ce fut dans les gras pâturages que les premiers habitants de nos provinces s’établirent. On remarque que les plus anciennes villes, chez nous comme ailleurs , sont celles situées près des grandes rivières.

Lorsque les Celtes commencèrent à s’établir dans un pays, dit Pellouticr (1), ils ne jugèrent point à propos de bâtir des villes et de s’y renfermer. Chaque particulier s’établissait dans une forêt, au pied d’une colline, le long d’un ruisseau, au milieu d’une campagne, selon qu’il aimait ou la chasse, ou la pêche, ou l’agriculture. Tacite a écrit aussi (1) que les Germains n’avaient point de villes et qu’ils habitaient isolément. Nullas Germanorum populis urbes habitari satis noturn est, ne pâli (juidem inter se junctas œdes. Colunt discreti ac diversi ut fons, campus , nemus placuit.

Avec le temps, les maisons isolées se multiplièrent et formèrent un ensemble auquel on donna le nom de village, vicus (à vicinis habitationibus.)

Ce n’est point du pur hasard que les lieux ont reçu leurs noms; les sources d’où ils proviennent sont les suivantes :

a) Le règne végétal ;
b) Le règne animal ;
c) La qualité et la couleur du sol, son état phvsique;
d) Les influences climatériques ;
e) La position locale relativement à la surface de la terre ou aux contrées célestes;
ƒ) Une cause subjective , c’est-à-dire esthétique ;
g) Les noms de rivière, de fleuve , de ruisseau, de peuple, de personne ;
h) Les impressions du souvenir, tels que combats, batailles, naufrages;
i) Les impressions des mœurs, usages et coutumes et de religion ;
k) Les instruments aratoires, l’industrie, les armes, les métaux, les travaux humains.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: