Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Andenne - Seilles : Grandes, moyennes et petites entreprises d'autrefois
Broché / 256 pages / édition de 1999
langue(s) : français
éditeur : A compte d'auteur
dimensions : 240 (h) x 168 (l) x 20 (ép) mm
poids : 645 grammes
DISPONIBLE
très bon état
26,95 EUR
référence : 1014068
Tous les prix incluent la TVA
Andenne-Seilles fut un grand carrefour où l’industrialisation prit un grand essor dès avant le 19ème siècle.

Tout se trouvait là pour en faciliter l’expansion. Il y avait les rochers que Ton voyait de partout et dont on a construit les maisons en pierres, il y avait aussi la richesse du sous-sol où Ton avait découvert : du plomb, du fer, du zinc, du charbon, et, pour Andenne en particulier, la terre plastique, la derle qui fut comme un trésor.

Il y avait encore les grandes voies de circulation qui étaient un avantage non négligeable et qui furent perfectionnées.

Parmi celles-ci, en premier lieu, nous trouvons la Meuse qui en est le plus grand moyen de transport avec le chemin de fer construit à quelques cent mètres de là et qui fut mis en service en 1850.

Il y avait aussi les "grands routes"; Huy-Namur construite vers 1787, Seilles-Eghezée vers 1840 avec son prolongement vers les Quatre Coins en 1853 après la construction du premier pont en pierres qui relia les deux communes. Nous trouvons encore la route vers Ciney en 1856, celle de Haillot en 1873 et celles de Seilles vers Huy et vers Namur qui longeaient la rive gauche de la Meuse construites vers 1840.

Le tram vicinal qui vint longer la plupart de ces routes ne fut pas étranger lui non plus à cette industrialisation.

On a connu d’abord le tronçon Seilles-Eghezée qui fut le premier construit en Wallonie et mis en service en 1896. Vint ensuite la ligne Huy-Andenne et la ligne Andenne-Jambes construites en plusieurs phases et qui fut terminée en ....

La ligne Andenne-Ciney suivit avec son premier tronçon Andenne-Sorée en 1893; selon les annales et de mémoire d’homme, elle fut celle qui fut le plus rapidement construite de toutes les lignes vicinales jamais effectuées en Wallonie.

A tout cela, il faut surtout ajouter : le vouloir bien faire, la volonté de travailler et le grand savoir-faire des ouvriers de chez nous qui attira, amena et favorisa l’implantation des industries dans notre région.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: