Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Chansons Populaires de la Flandre Wallonne, fascicule 1
Broché / 254 pages / édition de 1965
langue(s) : français
dimensions : 242 (h) x 158 (l) x 17 (ép) mm
poids : 410 grammes
DISPONIBLE
très bon état
22,95 EUR
référence : 1012685
Tous les prix incluent la TVA
Après l’œuvre folklorique capitale de Léon Maes sur la Flandre Wallonne (1), voilà que deux Carolorégiens, l’un séduit par son séjour à Mouscron et l’autre conquis par Léon Maes, reprennent le flambeau et continuent l’œuvre du pionnier en livrant aux chercheurs et aux amateurs de vrai folklore une importante collection de chansons populaires et de jeux.

Cette collection a son histoire. Ses documents les plus anciens proviennent, en effet, d’une enquête de M. Léopold (?) Van Marcke à Luingne, sur les chansons du tirage-au-sort.

En 1925, M. G. Fraichefond, de Pecq, en Hainaut, communiquait deux chansons des allumoires au Musée de la Vie Wallonne. Mais c’est M. Léon Maes, qui enquêtait depuis longtemps sur le folklore de Mouscron, quand son attention fut plus spécialement attirée par la chanson, de jeu notamment, sous l’impulsion d’un jeune chercheur carolorégien, M. Maurice Vaisière, qui fut le premier véritable découvreur du folklore musical de Mouscron. Quant à Maurice Vaisière, professeur intérimaire à l’athénée royal de Mouscron, il utilisa ses loisirs et son savoir-faire à noter, ainsi que je le lui avais demandé, les chansons d’enfants et de jeux qu’il avait l’occasion d’entendre. Sa collection, commencée en avril 1943, ne se termina qu’avec son départ à la fin de 1944. Jamais loisirs forcés, loin du foyer et du Pays Noir qu’il célébrait en français et en dialecte, ne furent mieux mis à profit pour la musique et le folklore de la Wallonnie.

En février 1952, je rencontrai pour la première fois Léon Maes, avec qui je correspondais depuis de longues années. Il venait recevoir à Liège les lauriers que lui avait valus un brillant second prix au concours littéraire dialectal du «Prix des Critiques Liégeois ». Nous nous mîmes d’accord pour enregistrer le répertoire qu’il avait noté et retenu. Ce document vivant me permit de l’évoquer d’une manière poignante devant les innombrables amis qui s’étaient réunis à l’hôtel de ville de son cher Mouscron, au printemps de 1957, pour lui rendre un dernier hommage.
d'autres ouvrages de Léon Maes
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: