Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Septembre 1944 : L'opération «Lynnet 1» n'aura pas lieu ou La Libération du Hainaut
Relié / 352 pages / édition de 1978
langue(s) : français
éditeur : A compte d'auteur
dimensions : 245 (h) x 165 (l) x 22 (ép) mm
poids : 890 grammes
DISPONIBLE
très bon état
24,95 EUR
référence : 1012196
Tous les prix incluent la TVA
Tournai par l’axe Cambrai-Valenciennes, couvert au Sud par le 7' Corps de Collins sur la direction Avesnes-Maubeuge-Mons.

Ce plan était destiné non seulement à couper la voie de retraite Lille-Bruxelles mais également et surtout, en s'emparant de Tournai avant les Anglais encore à Arras et dont c'était l'objectif, de faire annuler l'opération aéroportée « Lynnet 1 » prévue et par conséquent de pouvoir récupérer l’essence réservée à cette opération aérienne, essence dont il avait le plus grand besoin pour permettre à ses unités à lui de poursuivre leur progression.

Les divisions du 30e Corps britannique du Lieutenant-Général B.G. Horrocks, conformément aux ordres reçus, attendent aux alentours de Douai quelles ont atteint dans la matinée de ce 2 septembre, le début des parachutages prévus sans se douter de l’initiative de Bradley !

C'est ainsi que le 19° Corps U.S. qui a démarré à l'aube d'une ligne Canal du Nord-Canal de Saint-Quentin, atteint Cambrai vers 10 h.

Couvert à sa gauche par la 27 Division Blindée du Général Brooks, et à sa droite par la 5' D.B.U.S. (Général Oliver), et la 3* D.B.U.S. du Général Rose, protégé sur ses arrières par la 79‘ Division d’infanterie de Wyche, Corlett pousse en avant une Task-Force de la 30" D.I.U.S. « O/d Hickory » du Général Hobbs et lui donne pour mission d'atteindre le plus rapidement possible et sans s'occuper des éventuelles résistances ennemies, la ville de Tournai et de s'en emparer.

Le Brigadier-Général Harrison qui commande cette Task-Force redémarre aussitôt et traversant dans la foulée Valenciennes vers 17 h arrive à Tournai vers 23 h à bout d'essence au terme d'une chevauchée épique de plus de 70 km dans la journée. Au même moment, les Combat-Command A et B de la 3° Division Blindée U.S. occupent de leur côté Mons.

Dans le courant de l'après-midi donc, devant la tournure que prenaient les événements et puisque Tournai allait être occupé, il n'y avait plus aucune raison de lancer l'opération « Lynnet ». C’est pourquoi Eisenhower, qui commande depuis la veille l’ensemble des forces expéditionnaires alliées terrestres, décide de l'annuler purement et simplement (l'Etat-Major de la ?" Armée Aéroportée donnera comme raison, des conditions atmosphériques mauvaises). Ceci ne sera pas du goût du Maréchal Montgomery — nouvellement élevé à cette dignité — qui reprochera vigoureusement à Bradley d'avoir empiété sur sa zone ; il enverra, dès le 3 septembre à l'aube, sa Division Blindée de la Garde (Général Adair), prendre possession de la ville de Tournai (cette Division foncera ensuite sur Bruxelles, quelle atteindra dans la même soirée du reste, ce qui sera une consolation pour le chef du 21 ‘ Groupe d'Armées Britannique).

Voici raconté par les ordres d'opérations, les journaux de marche et de guerre, les comptes rendus et les messages des différentes unités alliées et allemandes, ainsi que par quelques récits individuels, comment se déroulèrent les opérations militaires de la libération du Hainaut en ces quelques jours du début de septembre 1944.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: