Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Charles de Lorraine et son temps
Broché / 124 pages / édition de 1991
langue(s) : français
dimensions : 255 (h) x 185 (l) x 10 (ép) mm
poids : 410 grammes
DISPONIBLE
très bon état
12,95 EUR
Quantité:
référence : 1011732
Tous les prix incluent la TVA
Après avoir longtemps fait partie des possessions bourguignonnes, nos régions forment, au XVIIe s., les Pays-Bas espagnols; elles connaissent la sécession des sept provinces du nord, qui deviennent les Provinces-Unies, et subissent les guerres de Louis XIV (le 14 août 1695, bombardement de Bruxelles et destruction presque totale de la Grand-Place). A l'aube du XVIIIe siècle, les Pays-Bas méridionaux ont une gloire passée; leur état est désastreux, les dettes sont énormes et les finances publiques sont lamentables. Les traités qui mettent fin aux guerres du XVIIe siècle attribuent le pays à l’Autriche, et nous sont très défavorables (n° 48); dans la première moitié du siècle, le marasme économique est tel qu’il ne permet ni créativité culturelle, ni originalité politique.

La période autrichienne (1713-1794) est cependant bénéfique pour nos régions; elles connaîtront, surtout après 1740, un nouvel essor économique avec une remarquable croissance agricole (n° 114) et industrielle (n° 65); la démographie (n° 114), liée à cette croissance, voit la population doubler au cours du siècle. Les Pays-Bas comportent une petite centaine de villes, mais 80% de la population est rurale. Paupérisme, faible sécurité publique, police médiocre, armée mal organisée (quelques corps recrutés dans le pays, joints à des régiments étrangers; promotions souvent réservées aux jeunes gens «de bonne famille»), s’alourdissent encore de la vénalité des offices civils et d'une justice peu égalitaire; les discriminations douanières, entre nos régions et surtout avec nos puissants voisins, freinent notre économie; enfin, le traité de la Barrière nous impose humiliation et récession.

Les Pays-Bas autrichiens participent au puissant mouvement des Lumières (salle III), qui se heurte chez nous à un conservatisme particulier, attaché au droit coutumier et à d'anciennes règles constitutionnelles (seule «constitution» écrite: la Joyeuse Entrée de 1365, au Brabant). Sans pour autant végéter hors du temps, les Pays-Bas du sud ont suivi un chemin bien à eux. Ils sont restés très catholiques, dans l’esprit de la contre-réforme, et l'Eglise y a gardé un grand pouvoir politique.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: