Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
La fortification de Hauterecenne à Furfooz
Broché / 102 pages / édition de 1978
langue(s) : français
éditeur : Ardenne et Gaume
collection : Monographie
numéro : 12
dimensions : 255 (h) x 178 (l) x 6 (ép) mm
poids : 280 grammes
Cet ouvrage n'est
pas disponible
actuellement sur
Bibliomania
Rares sont les sites en Belgique qui réunissent un ensemble de curiosités géologiques, d’originalités botaniques et entomologiques et un intérêt historique considérable comme celui de Furfooz. Niché au cœur d’une région que la nature a transformé en joyau, le site de Furfooz, baigné par la Lesse tumultueuse, a cette puissance attractive qui lui accorde les faveurs d’un tourisme de valeur.

C’est de prime abord un monument naturel empreint d’une sauvage grandeur, un vaste promontoire cerné par une falaise massive combien spectaculaire. C’est une réserve naturelle, un musée vivant, où croît le mélèze, où grandit l’orchidée.

L’association Ardenne et Gaume qui s’est donné pour tâche de sauvegarder l’intégrité des sites naturels, a inscrit à son programme, dès janvier 1948, la mise en valeur du Parc National de Furfooz, constitué à cette époque.

La protection de la nature s’allie ici en bonne intelligence avec la défense du patrimoine ancien. Un passé saisissant s’attache au massif de Hauterecenne. Furfooz mérite bien le titre de haut lieu de l’archéologie belge qui lui a été décerné. Depuis 1864, il a drainé l’attention des adeptes de la Préhistoire, une discipline naissante, vers ses cavernes, habitats et ossuaires des temps préhistoriques parmi les plus significatifs. Des restes humains d’un autre âge et d’une autre race y ont été révélés par les investigations du fameux Edouard Dupont. Sur le plateau, le « camp romain » doit être considéré comme une puissante forteresse antique encore occupée durant le Haut Moyen Age. Plusieurs chercheurs en ont examiné les vestiges; les Bequet, Rahir, notamment, ont apporté une contribution non négligeable à l’étude du site. Plus que tout autre, Jacques Breuer, alors administrateur de notre association, a déployé des efforts importants en faveur du sauvetage de ces témoins archéologiques. Ses recherches sur le plateau, subventionnées par le Fonds National de la Recherche Scientifique, ont été menées de pair avec la reconstruction des bains romains.

Les souvenirs historiques qui parsèment le promontoire ont traversé les âges, en effet, sans en subir trop les injures. Aussi, la mise en valeur de ce patrimoine est-il l’une des tâches ¿/’Ardenne et Gaume. Après la reconstruction des thermes romains conduite avec l’aide financière du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Culture, l’Association, poursuivant son rôle éducatif, a restauré, en 1977, les restes de la tour médiévale qui coiffe le sommet du plateau.

Mais sa mission consiste aussi à l’éducation par le truchement de publications scientifiques. Les différentes recherches menées sur le promontoire de Hauterecenne n’avaient pas jusqu’aujourd’hui provoqué d’étude systématique ni de compte-rendu circonstancié. Cette lacune se trouve à présent comblée avec l’édition d’une monographie consacrée à la fortification établie sur le plateau.

La publication a été confiée à M. Raymond Brulet, Docteur en Archéologie et en Histoire de l’Art et Chargé de Recherches du FNRS. Loin de traiter le sujet sous la forme d’une vulgarisation, l’auteur s’est efforcé de réaliser un travail historique et archéologique. Il a rassemblé la documentation, la plupart du temps inédite, réunie depuis le siècle dernier par une série d’institutions scientifiques diverses. Le lecteur y trouvera tout à la fois un rapport de fouilles, un inventaire du matériel ancien qui y a été récolté et une synthèse d’interprétation historique.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: