Lu et approuvé...
Le Patrimoine monumental de la Belgique. Wallonie, tome 13/2 : Arrondissement de Ath (B-F)
Relié / 371 pages / édition de 1988
langue(s):français
éditeur:Mardaga
numéro:13/2
ISBN:2802100866
EAN:9782802100867
dimensions:220 (h) x 160 (l) x 32 (ép) mm
poids:880 grammes
D'une superficie assez réduite, l'arrondissement d'Ath ne compte que deux villes, Ath et Chièvre, et quelques gros bourgs. Il se partage aisément en trois régions, caractérisées chacune par un type d'habitation. Au Nord, la Région des collines se trouve parsemée de fermettes basses en briques et tuiles, qu'accompagnent encore quelques constructions en colombage, derniers témoins d'un mode de bâtir jadis courant. Au centre, la Dépression de la Dendre, touchant à la fois au Tournaisis et au Plateau hennuyer, révèle un sol plus riche par ses grandes fermes clôturées ou en quadrilatère, tandis que des corons et de modestes habitations ouvrières ou journalières illustrent la vocation industrielle du Sud de l'arrondissement, tournée vers le Borinage. L'ensemble du Pays, en outre, tranche sensiblement sur les autres arrondissements hennuyers. par le nombre de moulins à vent qui jalonnent encore son paysage.

Pour l'époque gallo-romaine, on ne peut omettre de citer Blicquy-Aubechies et Pommeroeul, sites archéologiques d'un grand intérêt. Quelques édifices religieux par ailleurs, apportent un témoignage modeste mais précieux sur l'art de bâtir à l'époque romane, comme les églises de Cordes, Blaton, Aubechies.

La tour Burbant à Ath, donjon du XIIe s., émerge comme un élément essentiel pour l'histoire de l'architecture militaire de nos régions. Le cellier et certaines parties de l'abbatiale cistercienne de Cambron, quant à elles, marquent l'essor du style gothique au XIIIe s., avant la généralisation du gothique hennuyer du XVe au XVIIe s.

Le XVIe s. se manifeste de brillante façon dans l'architecture civile d'Ath et de Chièvres en particulier où apparaissent une série d'hôtels de type traditionnel. A ce courant architectural appartient aussi le beau château d'Anvaing. Quelques traits Renaissance s'impriment à plusieurs de ces bâtiments, comme le refuge de l'abbaye de Ghislenghien à Ath, alors que le Baroque reste limité à la reconstruction de l'hôtel de ville de 1612 à 1624.

La ville d'Ath s'ouvre aux styles classiques français dans le premier quart du XVIIIe s., avec un certain décalage par rapport aux villes de Mons et de Tournai dont elle adopte d'importants courants. Les beaux châteaux d'Attre et Beloeil, La Berlière à Houtaing, Maffle, parent désormais les compagnes.

En dehors de quelques grosses fermes seigneuriales ou abbatiales du XVIIIe s., la plupart des bâtiments ruraux datent de l'extrême fin du XVIIIe s. ou plus souvent du XIXe s., remplaçant les trop fragiles constructions en colombage et chaume. S'ouvre alors la période qui marque le plus de son empreinte le patrimoine architectural de l'arrondissement, renforcée par l'explosion démographique de la deuxième moitié du siècle et l'exploitation industrielle des charbonnages et des carrières. La ville d'Ath surtout, est transfigurée par l'élégance du néo-classicisme, avant de se laisser pénétrer par les styles éclectiques et d'ouvrir de nouveaux quartiers au-delà de l'enceinte. Les châteaux de Cambron-Casteau et de Moulbaix viennent encore grossir le nombre des demeures seigneuriales. Reconstruites après 1817, les nefs de l'église Saint-Julien semblent donner le ton à la plupart des édifices religieux de la première moitié du siècle, tandis que les réalisations néo-romanes et néo-gothiques se multiplient après 1850. « Modem Style » et « Art déco » suscitent quelques échos dans la ville et son arrondissement.

Aujourd'hui, les réalisations architecturales hésitent souvent entre les tentations du pastiche et une réelle volonté créatrice.
rechercher des articles similaires par catégorie:
rechercher des articles similaires par thème:
DISPONIBLE
14,95 EUR
état:très bon
référence:1010333
Tous les prix incluent la TVA
Estimez vos frais de port