Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Compiègne à la Belle Époque
Cartonné / 126 pages / édition de 1973
langue(s) : français
éditeur : Libro-Sciences
dimensions : 150 (h) x 208 (l) x 15 (ép) mm
poids : 339 grammes
DISPONIBLE
très bon état
18,95 EUR
référence : 1009342
Tous les prix incluent la TVA
Avec cet album consacré à « Compiègne à la Belle Epoque » une ville se penche sur son passé.

C’est un Compiègne disparu que vous allez retrouver ou découvrir dans les pages qui suivent.

Ceux qui sont nés avec le siècle le retrouveront ; ceux qui sont nés plus tard le découvriront. Les premiers ne regarderont pas, sans nostalgie, ces images familières de leur jeunesse ; ces rues étroites aux pavés sonores ; ces vieilles maisons nichées les unes contre les autres ; ces grands cafés avec orchestres - on ne mettait pas encore la musique en conserve - lieux privilégiés de contacts humains, de rencontres, d’échanges et de loisirs. Les seconds, contemporains de l’automobile, des mini-jupes, des hommes aux cheveux longs et des femmes aux cheveux courts souriront à la vue des équipages hippomobiles, des robes longues, des tailles corsetées, des chapeaux véritables pièces montées ou jardins suspendus !

La mode a changé ; le monde a changé ; Compiègne a changé. Aussi ce petit livre est-il le dernier témoin vivant d’un temps, d’une époque, que l’on se plaît à appeler « la Belle Epoque ». A la réflexion, était-elle si belle que cela pour tout le monde ? Il n’est pas dans mes propos de comparer hier à aujourd’hui, cela demanderait de trop longs développements dépassant le cadre limité d’une préface.

En 1900 on vivait au rythme lent et séculaire de la traction animale, dans une société figée, cloisonnée où les chances de promotion sociale et d’évasion étaient limitées et l’horizon borné. Pouvait-on y être heureux ? Certainement ! Le bonheur est une création personnelle. Il peut s’épanouir dans tous les types de sociétés, à la condition de savoir l’y adapter !

La « Belle Epoque » ce n’était déjà plus la grande époque de Compiègne. La ville impériale avait perdu de son lustre avec la chute de l’Empire.

Elle conservait les monuments prestigieux dont l’avaient dotée les souverains. Les pierres demeuraient, mais aucune vie ne les animait. Elles devaient s’éveiller en 1901, pour une brève visite d’un Tsar de toutes les Russies, avant de retomber dans leur silence sépulcral. Elles recèlent aujourd’hui de magnifiques collections que le public peut admirer.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: