Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Charles Quint et Bruxelles
Broché / 110 pages / édition de 2000
langue(s) : français
dimensions : 292 (h) x 207 (l) x 10 (ép) mm
poids : 457 grammes
Cet ouvrage n'est
pas disponible
actuellement sur
Bibliomania
En cette année 2000, le 500e anniversaire de la naissance de Charles Quint a suscité l'organisation de multiples expositions et autres manifestations, dans plusieurs pays européens ainsi qu'au Mexique. Le prologue de ces célébrations a eu lieu à Gand à la fin de 1999.
Dans toutes ces commémorations Bruxelles paraît la grande oubliée et la grande absente. Et pourtant bien des liens rattachent Charles à notre capitale.

C'est à Bruxelles qu'il est devenu chevalier de la Toison d'or dès 1501. C'est le palais du Coudenberg à Bruxelles qui a servi de cadre à son émancipation (1515) comme à son abdication (1555). C'est à Sainte-Gudule qu'ont eu lieu ses somptueuses funérailles, en présence de Philippe II, en 1558. C'est à Bruxelles que l'Empereur résida de préférence durant ses séjours dans nos régions. C'est au palais de Bruxelles que vécut le plus souvent sa représentante, la reine Marie de Hongrie, et que siégeaient les conseils de gouvernement exerçant leur autorité sur l'ensemble des XVII Provinces. C'est également au palais de Bruxelles qu'étaient conservés les archives et le trésor de l'ordre de la Toison d'or tout comme les collections d'objets précieux de l'Empereur.

Enfin c'est dans la forêt de Soignes, toute proche, que la Cour se livrait au plaisir de la chasse, divertissement de prédilection de la haute société.

Dans le palais du Coudenberg, antique résidence des ducs de Brabant et de Bourgogne, une nouvelle période de grands travaux débuta en 1509 et se poursuivit jusqu'en 1554, avec l'aménagement de la place des Bailles et la construction de la grande galerie et de la chapelle.

Pendant le long règne de Charles Quint la tapisserie bruxelloise atteignit un sommet de qualité artistique et de renommée internationale. Charles en possédait de nombreux spécimens. Lui-même et les membres de sa famille et de sa cour ont commandé de prestigieux ensembles qui font maintenant l'orgueil de musées et, en particulier, du patrimoine espagnol.

Ce sont ces aspects de la biographie de Charles Quint et de son cadre de vie que nous avons voulu évoquer, depuis l'image du bébé Charles dans les bras de la veuve de Charles le Téméraire (son arrière-grand-père), jusqu'à un épilogue surprenant : la vente aux enchères, en 1580-1581, de vêtements laissés par l'Empereur au palais de Bruxelles.

L'exposition que nous présentons n'a pas la prétention de rivaliser avec les grandes réalisations longuement mûries par des équipes internationales. Comme il sied dans une institution archivistique, elle met l'accent sur l'importance des documents d'archives de cette époque conservés aux Archives de l'Etat en Belgique. Les documents montrés proviennent essentiellement des fonds des Archives générales du Royaume à Bruxelles; on y a joint quelques pièces venant des Archives de l'Etat à Gand ainsi que les photographies de deux documents essentiels exilés aux Archives de l'Etat à Vienne. Quant au matériel iconographique, nous avons principalement fait usage de reproductions photographiques que les A.G.R. possédaient déjà.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: