Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Abbayes et Béguinages de Belgique
Broché / 144 pages / édition de 1974
langue(s) : français
éditeur : Rossel
collection : Nouveaux Guides
numéro : 2
dimensions : 215 (h) x 123 (l) x 17 (ép) mm
poids : 276 grammes
DISPONIBLE
très bon état
4,95 EUR
Quantité:
référence : 1013400
Tous les prix incluent la TVA
La civilisation occidentale, constituant notre héritage en indivis, a pris naissance et s'est développée sous les signes apparemment contradictoires du glaive et de la croix. C'est dans la terre foulée par les pas des conquérants qu'a levé et mûri le blé d'un christianisme apporté par des moines ayant longtemps marché au long des vieilles chaussées tracées par l'Empire.

Les soldats ont édifié des camps retranchés, des donjons et, ensuite, des châteaux-forts. Les moines, quant à eux, ont construit des abbayes et celles-ci ont été bien souvent, comme les puissants ouvrages guerriers dont il vient d'être question, les noyaux autour desquels ont grossi villes et villages.

Mais qu'est-ce donc qu'une abbaye ? La définition du Larousse correspond davantage à la réalité que celle fournie par tel autre dictionnaire. Elle nous apprend qu'une abbaye est un monastère, c'est-à-dire un ensemble de bâtiments occupés par des moines — hommes ou femmes — soumis au gouvernement d'un abbé ou d'une abbesse. En principe, une abbaye satisfaisait à tous les besoins, tant matériels que spirituels, de la communauté. Elle rassemblait, à l'ombre d'une église, un cloître propice à la méditation et à la prière, un ou plusieurs corps de logis, des constructions diverses — dites de servitude : fournil, éventuellement brasserie, grange, écuries, étables, remises, buanderie, etc. —, lies jardins potagers et d'agrément, ainsi que des champs de culture et des bois constituant, dans bien des cas, de véritables empires fonciers. De plus, les abbayes possédaient fréquemment, situées en dehors du domaine monastique proprement dit, des fermes exploitées directement par elles-mêmes ou par des personnes de confiance, liées par des conventions précises. Les abbayes qui subsistent encore de nos jours respectent toujours, dans ses grandes lignes et selon les possibilités que les événements leur ont laissées, ce schéma qui se différencie nettement de celui du simple couvent, sorte de phalanstère ou de pensionnat habité par des religieux, prêtres ou convers, appartenant d'ailleurs, en général, à d'autres ordres. Car les ordres à vocation monastique n'ont jamais été que quelques-uns : Bénédictins, Cisterciens (et Trappistes, c'est-à-dire Cisterciens de stricte observance), Prémontrés ou Norbertins, Chanoines réguliers de saint Augustin, ...
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: