Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
La Senne
Broché / 160 pages / édition de 1983
langue(s) : français
dimensions : 297 (h) x 210 (l) x 12 (ép) mm
poids : 624 grammes
Cet ouvrage n'est
pas disponible
actuellement sur
Bibliomania
L'activité de collectionneur, d'écrivain, d'animateur d'expositions de Gustave Abeels est bien connue de tous les Bruxellois amoureux de leur ville.

De toutes les inondations causées par la Senne, deux ont retenu l'attention de l'auteur: celle de 1839 et celle de 1850. Une troisième, celle de 1866, particulièrement dévastatrice, fut a l'origine de la terrible épidémie de choléra-morbus, fléau qui, par le nombre de victimes qu'il fit, provoqua la décision rapide d'assainissement des bas quartiers.

L'auteur n'oublie pas que si la rivière fut une cause perpétuelle d'ennuis pour les Bruxellois, elle contribua néanmoins à la prospérité de la ville. Il suffit de songer aux nombreuses industries disséminées le long de son cours avant 1867.

Il fallait cependant se débarrasser de la rivière calamiteuse, Anspach s'en chargea. Cela coûta cher, très cher même aux finances communales, mais la salubrité était à ce prix.

Sur le plan de l'iconographie, des surprises agréables attendent le lecteur. C'est la première fois, en effet, que sera publié l'ensemble des aquarelles de Jean-Baptiste Van Moer et ceci, grâce à la complicité des responsables du Musée communal de Bruxelles. C'est la première fois également que nous pourrons admirer l'ensemble des photographies que Jean-Théodore Kâmpfe fit des maisons qui, entre i869 et 1871, allaient être abattues les long de la rivière condamnée. Ces photographies, d'une rareté insigne, reposent au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale Albert Ie'.

Une série particulièrement intéressante, elle aussi, est constituée par la quarantaine de photographies attribuées à Louis Ghémar qui montrent l'état d'avancement des travaux du voûtement de la Senne, du boulevard d'Anvers au boulevard du Midi. Quelques-unes de ces photographies font partie des collections de l'auteur, les autres proviennent du Cabinet des Estampes.

Il faut noter au passage que l'imprimeur apporta tous ses soins à la reproduction des quelque deux cents illustrations dont plusieurs occupent une pleine page.

L'assainissement du bas de la ville modifia profondément l'habitat et les habitudes de l'ouvrier bruxellois. Cet aspect social, lié au problème des expropriations inévitables occasionnées par l'exécution de grands travaux est mis en lumière par Gustave Abeels qui, tout au long de son texte, évoque mille et un détails de la condition ouvrière au siècle dernier.

Les petites industries bruxelloises s'étaient installées le long de la rivière malodorante, c'est tout naturellement dans les rues tortueuses qui l'entouraient que les ouvriers se fixèrent, occupant également les nombreuses impasses que des propriétaires plus respectueux du profit que de l'hygiène y avaient petit à petit créées.

Nul doute que l'assainissement du bas de la ville fut avant tout une vaste opération de spéculation foncière et que l'amélioration du bien-être de la classe laborieuse passa au second plan des préoccupations de l'administration communale. Cette idée n'est pas exprimée clairement par l'auteur, mais on la devine en filigrane dans tout le texte.

Voyant que l'administration communale ne se souciait guère du problème du relogement des ouvriers expropriés, l'initiative privée prit le relais et c'est [...]
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: