Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Jean-Baptiste Degreef (1852 - 1894). Sa vie, son oeuvre
Broché / 142 pages / édition de 1993
langue(s) : français
éditeur : A compte d'auteur
dimensions : 297 (h) x 210 (l) x 16 (ép) mm
poids : 786 grammes
DISPONIBLE
très bon état
26,95 EUR
référence : 1007826
Tous les prix incluent la TVA
Jean-Baptiste Degreef, l'amoureux tranquille et solitaire de Rouge-Cloître.

Vivre en solitaire, être en quelque sorte le continuateur de la vie monastique (sans en assurer toutes les obligations, notamment celle de chasteté) ainsi s'est voulu Jean-Baptiste Degreef, élève de l'Académie de Bruxelles, mais aussi partiellement autodidacte, qui installa son atelier dans le dortoir pittoresque de l'ancien prieuré de Rouge-Cloître, très vite devenu un des hauts lieux des peintres de la Forêt de Soignes.

Jean-Baptiste Degreef fut un travailleur acharné. Par tous les temps, il était sur le motif. Il fut un authentique témoin de la forêt, décrivant les aspects multiples, voire insolites, dans leur authenticité naturelle, de chaque vallon, de chaque hêtrée.

Il affectionnait les étangs de Rouge-Cloître, qui ont conservé leur charme immobile et secret des temps du moyen âge. C'est que ce lieu est habité de la sérénité des paysages préservés des temps qui usent la nature. Il n'est pas jusqu'au village bordant le site du prieuré qui n'émut à la fois son cœur et sa palette.

On a souvent dit qu'il avait la touche réaliste. Pré-impressionniste par sa facture sans contrainte et même nerveuse àl'occasion, coloriste chaud aux belles sonorités, le peintre sauvage qui ne vivait que pour son Rouge-Cloître, laisse parfois percer quelque mélancolie. Mais, à regarder ses œuvres, à suivre son cheminement dans le quotidien, on s'aperçoit cependant que c'est une joie apaisée, dégagée du fatras des bruits de la civilisation, qui domine.

Il fut à la fois un sage, un beau peintre tranquille et un homme dont le réalisme familier débouchait sur un art naturel, comme l'est le vent qui souffle en mille petites rides sur les étangs, fait vibrer aux caprices du temps les branches des hauts arbres et accueille la modestie des taillis. Un peintre vrai auquel il est naturel de rendre hommage.
d'autres ouvrages de Hubert Schots
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: