Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
L'Entre-Sambre-et-Meuse, c'est notre Provence
Broché / 86 pages / édition de 1971
langue(s) : français
dimensions : 218 (h) x 150 (l) x 7 (ép) mm
poids : 191 grammes
DISPONIBLE
très bon état
12,95 EUR
référence : 1009105
Tous les prix incluent la TVA
Vous trouverez étrange certes, ce rapprochement entre deux régions lointaines et différentes. Mais en raison des pensées nostalgiques que nous éprouvons l'un et l'autre pour des contrées que nous avons explorées ensemble, ce recueil de souvenirs a pour but de commémorer les sites qui nous ont le plus enchanté.

Peut-être trouverez-vous qu'il y a un peu d'exagération à mettre cette Provence tant chantée en comparaison avec notre Entre-Sambre-et-Meuse, un peu méconnue, il faut le dire. Vous m'objecterez que l'une est une terre de soleil (mais n'oublions pas les inconvénients du mistral) et l'autre un pays où la pluie fait souvent son apparition, au grand regret des gens qui souhaiteraient vivre du soleil tout le temps !

Mais le charme des saisons, l'attrait de la nature, n'est-il pas ressenti par chacun de nous, quels que soient les lieux où ils se manifestent ? Dans le décor de nos grands bois ou de nos campagnes fertiles, ... en nos villages aux toits d'ardoises, ne trouvons-nous pas un enchantement qui vaut bien celui de vos montagnes brûlées et de vos bourgs séculaires, tout patines d'or et de mousse ? ... Au milieu de nos terres soigneusement labourées, nous pensons à vos plateaux arides, vos roches désolées. Nous comparons nos prés verdoyants des jours d'été, tachés de l'or des renoncules, à vos champs colorés, couverts de thym et de lavande.

Mais, est-ce que dans vos paysages baignés de soleil ou dans les nôtres, couverts de brume, ne retrouvons-nous pas de part et d'autre, la petite rivière qui surgit du coin d'un bois, les jardins emplis de fleurs, et ces horizons qui cernent les lointains d'un bleu si tendre ? ... En nous souvenant de ces soirées d'été où dans de vastes parcages, bordés de bois touffus, au milieu desquels des troupeaux s'allongent paresseusement, ou vaquent à pas pesants, alors que nous nous empressons de cueillir ces jolis champignons blancs dont nous remplissons nos paniers, nous comparons ces plaisirs de chez nous à d'autres bons souvenirs de voyage, telle cette évocation d'un soir à Martigues, où devant nous, le soleil se couchait empourprant l'horizon que fermaient des montagnes violettes; les barques de pêche étaient devenues des ombres flottantes dont le reflet se perdait dans le scintillement de l'eau, alors que les unes après les autres apparaissaient les brillantes étoiles.
d'autres ouvrages de Marcel Depelsenaire
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: