Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Les anciens Auderghemois
Cartonné / 228 pages / non daté ou dépôt légal à parution
langue(s) : français
éditeur : A compte d'auteur
dimensions : 302 (h) x 215 (l) x 15 (ép) mm
poids : 1170 grammes
DISPONIBLE
très bon état
26,95 EUR
référence : 1014505
Tous les prix incluent la TVA
C'était en juin 2001. La Maison du Blankedelle fourmillait de visiteurs. Sur la pointe des pieds, les Auderghemois plongeaient dans leur passé. Visages curieux, étonnés, émus devant les images d'autrefois : clichés des rues pavées du début du siècle, de la chaussée de Wavre bordée de cafés, physionomie d'antan de l'abbaye de Rouge-Cloître, du château de la Solitude, du château des Trois Fontaines... Mais surtout, immortalisés
sur la pellicule, des centaines de visages graves ou souriants : enfants dont les cheveux ont blanchi désormais, ancêtres d'hier dont les «anciens» d'aujourd'hui se rappellent le nom en hochant de la tête, fiers ouvriers fêtant la fin de la construction de ta chapelle du Sacré-Coeur, personnel des usines Samsons entourant la direction, anciens facteurs de la commune, joueurs de mandoline, membres du club cycliste et une cinquantaine de familles.

Artisan de cette exposition dédiée à la mémoire d'Auderghem : Henri Ceuppens dont les ancêtres s'établirent à l'orée de la forêt de Soignes il y a plus d'un siècle. Soucieux de préserver le souvenir vivace de ses racines, Henri collecte depuis de longues années les photographies anciennes. Minitueux travail à l'image de son métier d'ardoisier où, un cliché après l'autre, il oeuvre à sauvegarder la mémoire des anciens Auderghemois.

En trois semaines, le bouche à oreille a fait son office. Six cent cinquante visiteurs se sont succédé en ce début d'été 2001pour contempler les photographies prises, pour la plupart, par des mains anonymes. Tous, de la petite fille curieuse au grand-père ému, se sont montrés avides d'anecdotes, sollicitant les commentaires d'Henri mais aussi de Théophile Hallaux, autre féru d'histoire locale venu lui prêter main forte. Dans le livre d'or de cette belle exposition, précieux allié contre le temps qui passe et qui fait vaciller la mémoire, chacun a tenu à inscrire ses impressions. Au détour des pages noircies de tant et tant de témoignages, au milieu des écritures rondes ou serrées, une phrase a sauté aux yeux d'Henri : « A quand le livre ? ».

Depuis lors, l'idée a germé et fait son chemin dans la tête et le coeur d'Henri soutenu par Odette, son épouse. Mais bien sûr, un livre ! Pour que la mémoire puisse s'appuyer sur les images, pour que les photographies puissent illustrer les récits des « anciens Auderghemois ». Le fils du couple Ceuppens mais aussi pour les trois petits-enfants : Joachim, Vanessa et Amandine. Pour leur raconter l'histoire de Dorothée, la grand-mère paternelle d'Henri, née en 1799 dans le hameau d'Auderghem relié jadis (et jusqu'en 1863) à Watermael-Boitsfort. Pour leur parler de Franciscus, le grand-père maçon qui travaillait à la distillerie de la famille Hainaut. Pour leur conter la vie de Michel, plombier-ardoisier dont le fils Henri suivra les traces vigoureuses. Pour évoquer la vie de cette famille établie dans une fermette au numéro 9 de la rue Tenreuken, à proximité du château Charles-Albert où vécut l'ancien premier ministre Van Zeeland. Pour écouter Henri, aujourd'hui grand-père, décrire le métier qu'il a tant aimé. En travaillant à la restauration des toits des châteaux de la noblesse belge et de nombreux édifices pour le service des Monuments et Sites, il n'a jamais délaissé « ses petits clients » de son cher village.

Un livre encore pour mettre en images « son » patelin où vivaient 1700 âmes. Ils sont actuellement, quatre-vingts ans plus tard, près de 30.000 habitants à avoir choisi Auderghem pour terre d'accueil.

Une voisine notait avec humour : « Aujourd'hui, j'ai dix ans ». Ce livre, recueil de 650 photos et d'une quinzaine de dessins de Madame Monod, permettra à chaque « ancien Auderghemois» de dire à ses enfants et à ses petits-enfants : « Quand j'avais dix ans, je me rappelle mon école, la place et les champs où j'allais jouer, la forêt de Soignes, ... Je vais vous montrer les photos». Il sera aussi l'opportunité pour les « nouveaux », pour ces Auderghemois établis récemment dans la commune, de comprendre à quel point leur lieu de vie a changé au fil des décennies. Plus qu'un hommage au passé, ce livre se veut avant tout un lien, un pont d'échanges possibles entre les anciennes et les nouvelles générations. A chacun de poursuivre, à sa manière, ce recueil... En paroles et en images !
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: