Lu et approuvé...
Bienvenue chez Bibliomania, le spécialiste en ligne du livre de seconde main
FR  •  NL
Panier
0
Chênée en cartes postales anciennes
par F. Michel
Cartonné / 76 pages / édition de 1974
langue(s) : français
dimensions : 207 (h) x 150 (l) x 10 (ép) mm
poids : 257 grammes
DISPONIBLE
très bon état
21,95 EUR
référence : 1011092
Tous les prix incluent la TVA
Habitant Embourg depuis toujours, nous croyions connaître Chênée pour l'avoir traversé tous les matins et y avoir autrefois, dans un athénée à peine né, effectué des humanités qui nous ont laissé, malgré les sombres années de guerre, un riant souvenir. Nous nous trompions pourtant et il nous a fallu l'occasion de réaliser cet album pour découvrir le vrai visage chênéen. Visage multiple, où malgré les profondes mutations dues à l'accroissement et à la modernisation de la commune, se découvrent encore des sites agrestes comme le Piedsroux, le parc des Bruyères, les hauts des Bedennes, des quartiers vieillots où transparaît un ancien style de vie sentant son bon voisinage: les Cours, les venelles sous l'église, le centre de Lhoneux.

Nous avons tenté d'esquisser le cadre et les préoccupations de la vie à Chênée dans le premier quart de ce siècle. Depuis lors sont nés de multiples hameaux qui composent autant de facettes nouvelles au visage de la commune: boulevard de l'Ourthe, Mehagne, les Thiers, les Petites Bruyères. Entre les témoins d'un passé déjà lointain et ces quartiers modernes, se situe toute une suite d'habitations denses,ordonnées, bien alignées dans leur dignité respectable: ce sont les rues nées principalement entre 1900 et 1940. Pour terminer, ajoutons y un centre commercial et de résidence encore en mutation et créé largement dans les trois dimensions comme il se doit à notre époque. Et voilà composé le visage multiple d'un Chênée d'aujourd'hui où l'on trouve encore de tout à condition de vouloir le découvrir.

Mais, se développant, Chênée est encore tout le contraire d'un cité fermée sur elle-même. Ses établissements d'enseignement acceuillent une population scolaire originaire de toutes les communes environnantes et de loin dans les vallées de l'Ourthe et de la Vesdre. Par ailleurs, si les verreries sont disparues, des industries et des entreprises bien vivantes occupent encore une nombreuse main-d'oeuvre.
rechercher des articles similaires par catégorie
rechercher des articles similaires par thème: